top of page

Pièce la plus personnelle de son répertoire, Le sacre de Lila réunit un groupe de danseurs du Québec et du Maroc en hommage aux racines du chorégraphe Ismaël Mouaraki.

Face à la complexité de la transmission culturelle, comment faire comprendre aux danseurs des particularités qui leur sont étrangères, au point qu’ils puissent les incarner sur scène? N’importe quelle consigne ou démonstration en studio ne pouvait égaler l’expérience d’une immersion complète au Maroc, où Mouaraki a passé une bonne partie de sa jeunesse. L’équipe de Destins Croisés s’est donc rendue près de Casablanca cet été pour vivre les lieux, les odeurs et les sonorités marocaines, en plus de rencontrer les danseurs qui allaient s’ajouter à la distribution du Sacre de Lila. 

Dans Le sacre de Lila, les hommes dansent dans une promiscuité et une sensualité qu’on voit rarement au Québec. Comme l’explique le chorégraphe, dans le monde arabe, la relation au corps est différente. Alors qu’en Occident les hommes sont plutôt individualistes, isolés, sans contact physique entre eux, il est fréquent de voir les hommes arabes se tenir la main, se faire la bise, démontrer leur amitié par des contacts physiques. Dans certains lieux clos comme les hammams, la sensualité et la sensibilité ont leur place : c’est de la fraternité. Mais cette culture reste en lieu clos, donc invisible et souvent en contradiction avec l’image que l’homme projette dans la société.  

Chorégraphe

Ismaël Mouaraki


Interprètes

Alexandre Wilhelm, Danny Morissette, Etienne Leonard Benoit, Gabriel Jobin, Léo Coupal-Lafleur, Rodrigo Alvarenga-Bonilla, Ayoub Hattab, Soufiane Faouzi Mrani, Yassine Khyar, Faissal El Assia


Répétitrices et conseillères artistiques

Annie Gagnon, Geneviève Boulet


Musique

Antoine Berthiaume, en collaboration avec Katia Makdissi-Warren


Éclairages

Rodolphe St-Arneault

Scénographie et costumes

Marilène Bastien

Coproduction

Agora de la danse, Compagnie Okto Echo, Archipel et le Fonds franco-québécois pour la coopération décentralisée

 

Résidences de création

Agora de la danse soutenu par La danse sur les routes du Québec, Maison de la culture Notre-Dame-de-Grâce, Théâtre Desjardins de Ville Lasalle soutenu par La danse sur les routes du Québec, Domaine Maoka (Maroc) en collaboration avec les Rencontres Chorégraphiques de Casablanca

bottom of page